Test du robot aspirateur Xiaomi

Xiaomi est une société touche-à-tout , et s’est lancée récemment dans le domaine des aspirateurs robots. Mon partenaire Gearbest a eu l’amabilité de m’en envoyer un afin de rédiger ce test. Alors, que vaut ce robot ? Je le comparerai ici à mon précédent robot, le Ilife V5S qui me donnait jusqu’alors pleine satisfaction, mais vous allez voir qu’on est vraiment à un autre niveau.

Présentation du robot aspirateur Xiaomi

Dès le déballage, on sent la griffe de Xiaomi : l’appareil est assemblé avec soin, et il n’y a pas un bout de plastique qui craque. Le robot se pare d’une belle livrée blanche, qui lui confère un aspect plutôt classe, et ne dénoterait pas au milieu de la gamme Apple.

Lorsqu’on le sort de la boîte, la chose qui frappe immédiatement est le poids de l’appareil, bien plus lourd que le Ilife. Ses grosses roues lui confèreront une adhérence parfaite, et sa brosse rotative améliorera, nous le verrons, son efficacité à l’aspiration. Par rapport au Ilife, il ne possède qu’une brossé latérale, mais cela n’est pas gênant puis qu’il attaque les bords toujours dans le même sens. Mais son gros point fort réside dans sa batterie de capteurs, et plus particulièrement de la tourelle qui l’orne sur sa partie supérieure, et qui renferme un télémètre laser, nous verrons cela plus loin.

Du côté des accessoires, le robot est livré avec sa station de recharge, et, plutôt malin, le câble d’alimentation se range à l’intérieur afin de ne pas laisser traîner de câble dans lequel le robot pourrait se prendre. À propos du câble, il est livré en prise US, mais on notera qu’il s’agit d’un câble standard « en 8 » qu’il sera aisé de remplacer. Pas de brosse ni de filtre de rechange dans la boîte, dommage.

Enfin, on notera rapidement que toute la documentation est en chinois, elle nous sera donc inutile, hélas. Vivement que Xiaomi s’internationalise, encore une fois !

Mise en route

On branche donc la station et on positionne le robot afin que ses deux bandes métalliques soient en contact avec celles de la base. Pour ma part, j’ai attendu que la charge soit complète avant de le mettre en route. Alors, il suffit d’appuyer sur le bouton marche pour que le robot démarre.

Il va alors commencer par les bords de la pièce, et son télémètre laser se met à tourner : le robot est en fait en train de dresser une cartographie complète de l’endroit. Une fois ceci fait, il va faire l’intérieur en zigzag, en ne laissant aucun endroit au hasard. Son télémètre et ses capteurs vont l’aider à s’orienter et à éviter les divers obstacles, et on constatera rapidement qu’il est redoutable d’efficacité. C’est là d’ailleurs que se fait la différence avec le Ilife : là où celui-ci fait son chemin au hasard et donc fait ma pièce en un peu plus de deux heures, le Xiaomi, plus méthodique, le fait en… 38 minutes !

Au niveau de l’évitement des obstacles, les capteurs du Xiaomi font fort : dans mon salon, le parcours de l’aspirateur est un vrai gimkana : je suis toujours en phase d’aménagement, et il y en a un peu partout, des cartons, des bidules et des machins. Il fallait régulièrement que je sorte le Ilife des ennuis, alors que le Xiaomi s’est admirablement sorti de toutes les situations compliquées.

Le Xiaomi fait en revanche plus de bruit que le Ilife, mais c’est le prix pour une meilleure aspiration, à laquelle s’ajoute la brosse inférieure, le Xiaomi attrapera donc plus de débris et de poussières que son concurrent. Vous l’aurez compris, le robot Xiaomi est un monstre d’efficacité.

L’application

Si je ne vous ai pas encore parlé de l’application, c’est que celle-ci n’est pas indispensable pour utiliser le robot. De plus, elle a un problème majeur : elle n’a été traduite qu’en anglais, et la partie relative à l’aspirateur n’a même pas été traduite du tout. On en vient à devoir deviner les différentes fonctions. Pas pratique, mais bon, pas indispensable, donc…

Je vous proposerai donc prochainement un article dédié à cette partie en chinois, afin de vraiment pouvoir l’utiliser, notamment au niveau de la planification du travail de l’aspirateur.

Mais pour le moment, l’appli ne me sert qu’à visualiser le travail effectué par le robot une fois celui-ci retourné à sa base.

screenshot_2016-12-04-09-14-38-026_com-xiaomi-smarthome

Une fois l’appli téléchargée sur le Play Store, et la connexion faite (choisissez Mainland China pour le pays), le robot sera automatiquement détecté. On se connectera alors à son propre réseau WiFi afin de lui indiquer les infos du réseau local. Ceci fait, on retourne sur notre réseau, le robot est appairé. Rassurez-vous, même en chinois, cela se fait de manière assez automatique.

Cette même appli nous servira à piloter d’autres appareils de la marque, tels que des éclairages connectés, la centrale domotique etc.

En conclusion

Comparé au Ilife, l’efficacité du robot Xiaomi n’a vraiment rien à voir, d’ailleurs, on pourrait dire, d’après ce que j’ai lu, que celui-ci vient chasser sur les terres de Roomba et son Irobot, la marque référence en la matière. Mais relativisons la différence de performance par rapport au Ilife : celui-ci ne coûte qu’une centaine d’euros, là où le Xiaomi est à un peu plus de 300€. Mais même pour ce prix, la qualité et la performance sont vraiment au rendez-vous. Je regrette juste que l’appli ne soit pas traduite…