Test de l’imprimante 3D Anet E10

Cela faisait un moment que je guettais la sortie de cette imprimante 3D, pour voir comment Anet allait réagir face à la CReality CR10 et son châssis alu. Voilà donc la nouvelle Anet E10 arrivée à la maison, voyons ensemble ce que ça vaut !

Présentation de la Anet E10

La Anet E10 est une imprimante 3D fonctionnant sur le principe de la Prusa I3 : le plateau sur lequel repose le modèle imprimé est mobile et coulisse sur l’axe Y, tandis que la buse d’impression coulisse sur les axes X et Z. Son châssis est en profilé aluminium, ce qui lui confère une excellente rigidité. Il est réhaussé de liserés verts, lui donnant un peu de couleur. On aime, ou pas, et si ce n’est pas le cas, ils pourront être très facilement enlevés. Ce qui nous permettra, au passage, d’y fixer tout un tas d’accessoires et d’améliorations.

L’alimentation est déportée, munie d’un grand écran, d’une molette de navigation et (enfin) un bouton marche-arrêt, bizarrement absent de la Anet A8. Le dérouleur de bobine y est fixé.

L’imprimante dispose d’un volume d’impression plutôt généreux : 200x270x300 mm. Pourtant, elle est plus compacte que la A8. Un système de tension de la courroie Y est présent, ainsi qu’un autre, plus sommaire, mais facilement améliorable, pour la courroie du chariot en X.

Du côté des accessoires, on va retrouver deux échantillons de PLA blanc de 10m (plutôt radin sur ce coup, d’autres constructeurs n’hésitent pas à fournir une bobine d’1 kg), une spatule, les outils nécessaires au montage, un tapis autocollant 3M et un lot de pièces détachées, dont un hotend.

Du côté des spécifications, l’imprimante est munie d’une buse de 0.4mm, sa vitesse va de 40 à 120 mm/s, son lit chauffe jusqu’à 100°c et elle utilise du filament de diamètre 1.75mm. Sa précision est de 0.1mm.

Assemblage

C’est le point fort de cette Anet E10. Elle est livrée pré-montée, et arrive donc en 3 éléments : le plateau, l’axe Z et l’alimentation. La documentation imagée est très explicite et le montage est très facile : en 20 minutes, c’est une affaire réglée. On sent néanmoins le produit parfois fait un peu à la va-vite : les câbles de connexion de l’axe X et de l’extrudeur n’étaient pas labellisés sur mon modèle. Bon, une mise sous tension nous indique rapidement si leur branchement est inversé ou pas. De plus, les moteurs de l’axe Z sont montés dans le mauvais sens, connecteurs vers l’intérieur de l’imprimante, et gènent le passage du plateau. Il faut donc démonter les moteurs pour les tourner de 90°. Une conception un peu bizarre, une telle chose aurait dû être décelée en bureau d’étude.

Ceci mis à part, le montage est vraiment aisé.

Mise en route

On appuie ensuite sur le bouton, et là, deux grosses surprises ! La première, c’est le bruit de l’alimentation. Je ne m’y attendais pas, mais elle est assez bruyante, et pour cause, deux ventilateurs tournent à plein régime pour assurer son refroidissement.

La seconde, c’est que l’écran ne fonctionnait pas sur mon modèle. Allez, première opération à cœur ouvert, pour m’apercevoir, tout simplement, qu’il n’était pas branché. Le soin de fabrication laisse un peu à désirer !

Allez, on remet en route, cette fois, ça marche ! la molette permet une navigation facile, et l’imprimante, il est vrai, fait très peu de bruit sur le déplacement des axes.

Branchement de mon Astrobox, l’imprimante est immédiatement reconnue, puisqu’elle utilise le même protocole de communication que la A8. Je teste les différents mouvements, tout fonctionne. Mise à niveau, et préparation d’un benchy, en laissant les paramètres de la A8, à savoir précision de 0.1mm, déplacement de 40 mm/s, 20% de remplissage.

e10-6

L’impression se déroule plutôt bien, très bien même, et en 2h50 mon benchy est prêt. Un peu de stringing (fin filament laissé lors du déplacement rapide de la buse) mais le résultat est plutôt correct. Bien mieux que ma première impression sur la A8 ! Il faudra que je revoie néanmoins mes paramètres de retrait, mais c’est déjà largement utilisable en l’état !

En conclusion

Montage rapide, mise en route facilitée, grand volume d’impression, tels sont les atouts de cette imprimante 3D Anet E10. Attention cependant aux petits écueils qui peuvent être rencontrés, la fabrication semble parfois un peu bâclée. En ce qui me concerne, ceci dit, les 3 petits inconvénients rencontrés ont été très facilement contournés. Au final, je suis très satisfait de cette imprimante, robuste, compacte et efficace. En gros, elle va très vite remplacer ma vaillante A8 sur le bureau !

Pour commander

La Anet E10 est disponible chez mon partenaire Gearbest :

Les frais de douane peuvent être occasionnés si vous choisissez un mode de transport express, type DHL. Ils sont plus rares en choisissant l’envoi gratuit. Mais la livraison est plus longue.

[content-egg module=AE__gearbestcom template=list]

[content-egg module=Amazon template=list]